Bienvenue sur mon site,

Vous trouverez, par année et par sujets, le texte de mes articles, de mes interviews, de mes préfaces et de mes conférences, ainsi que la présentation de mes livres, ma biographie et diverses informations.

hubert védrine

dernierARTICLE

« La personnalité des dirigeants a été décisive » – Entretien avec Pierre Haski pour l’Obs

Seriez-vous d’accord pour dire que les pays de l’Est comme de l’Ouest ont réussi la sortie de la guerre froide, et raté la construction du monde d’après ? Oui, les deux sont vrais. Il y a eu une gestion très intelligente et responsable de la fin de la guerre froide, en fait de la décomposition de l’URSS, qui a commencé bien avant l'ouverture du mur de Berlin. Mon souvenir de l’époque comme mon analyse a posteriori sont qu’il y a eu une vraie intelligence collective, même si chacun poursuivait ses propres fins : ça a été bien géré.   En revanche après la fin de l'URSS, je pense qu'il y a eu une gigantesque occasion manquée, par les Occidentaux dans un premier temps, par la Russie ensuite ? Qu’est-ce qui a permis ce succès ? La qualité des dirigeants de l’époque ? Je ne pense pas que les dirigeants font seuls l’histoire, mais il y a des moments où la personnalité des décideurs est décisive, et c’est le cas ici. Pour des raisons propres à chacun. A commencer par Gorbatchev, il est trop oublié, et trop décrié en Russie. C’est un homme exceptionnel, d’un idéalisme confondant, pour un homme, issu de ce système. Pensez qu'il a décidé vers 1986 ou 1987 de ne plus employer la force pour maintenir les régimes au pouvoi

DERNIÈREPUBLICATION

Réédition de Face au chaos, Sauver l’Europe !

Face au chaos, Sauver l'Europe !


L’Union se construirait en dépassant les identités. On les ferait rentrer, au chausse-pied si nécessaire, dans «plus d’Europe». Et ce «dans l’int

MES PODCASTS SUR
Avoir raison avec … Francis Fukuyama – France Culture

le Nouvel Observateur du 12 au 19 octobre 2006 - essai de la semaine

«Chirac d’Arabie»

Voici un livre très intéressant et propice à la réflexion, mais qui soulève quelques questions. Intéressant, il l’est d’abord par la vivacité du récit. Se concentrant sur la seule personne du président – le titre l’annonce –, insistant sur l’Irak, l’Algérie, le Maroc et le Liban, sur Saddam Hussein, Hassan II, Rafic Hariri ou Yasser Arafat, les deux auteurs font revivre les nombreux et riches chapitres de sa longue rela

2006
France, Proche et Moyen-Orient
Monde Arabe, Histoire, voyages, lectures

JEUNE AFRIQUE, 18 AU 24 JANVIER 2009

«Ce qui va changer».

JEUNE AFRIQUE: Comment avez-vous réagi aux premières décisions de Barack Obama et en particulier à la nomination d’Hillary Clinton? Hubert Védrine: On a l’impression d’une grande maîtrise et d’une action réfléchie de la part d’Obama. Ces premiers choix sont pragmatiques et consensuels. En plus, contrairement à ce qu’aurait fait un dirigeant médiocre, il ne craint pas de s’entourer de talents. En choisissant Hillary Clin

2009
Etats-Unis
Etat global du monde