chargement...
Dernier Article

L’Union européenne a-t-telle un avenir?

Le Figaro - Samedi 25 et dimanche 26 mars 2017

Propos recueillis par Vincent Trémolet de Villers.
Hubert Védrine /Jean-Dominique Giuliani :
Leurs analyses et leurs itinéraires ont souvent divergé. Ils font aujourd’hui le même diagnostic sur la «fatigue» de la construction européenne. A l’occasion des 60 ans du traité de Rome, rencontre entre un diplomate réaliste et le président de la Fondation Robert Schuman.

Crise des migrants, croissance molle, Brexit, populismes…l’Europe semble à bout de souffle. Est-ce le cas?

JDG :
Non, mais Union volontaire d’Etats souverains, l’Union donne trop souvent l’impression de n’être plus que contraintes alors qu’elle ne doit être qu’opportunités. Elle doit évoluer.
L’intégration ne pourra plus, pour un temps, utiliser la même méthode que par le passé. Il ne suffit plus de constater des intérêts communs, puis d’élaborer des législations européennes contraignantes, pour rapprocher les peuples d’Europe. Cette méthode a pu fonctionner dans une période de reconstruction, puis de rattrapage économique de l’Europe. Elle n’a pas évité l’écueil du juridisme et de la bureaucratie. Robert Schuman lui-même écrivait: «L’intégration européenne doit, d’une façon générale, éviter les erreurs de nos démocraties nationales, surtout les excès de la bureaucratie et de la technocratie (…) L’ankylose administrative est le premier danger qui menace les services supranationaux».

HV :
Le plus grand danger pour le projet européen est interne: les peuples européens...

Pour toute demande de rendez-vous, contactez le bureau de Monsieur Védrine à l'adresse suivante : bureau.hv(at)hvconseil.com